Après des mois de confinement, nos avions vont bientôt recommencer à voler. Avec cette liberté retrouvée, nous allons être confrontés à une dure réalité : même si nous avons récupéré notre liberté de mouvement en trois dimensions, le virus, cause de notre immobilité forcée, n’en est pas moins toujours présent. Il convient donc de prendre les mesures qui s’imposent quant à son éradication dans nos avions.

Nous vous recommandons de ne pas partir en vol avec des personnes qui n’étaient pas confinées avec vous. Il faudra encore du temps avant que les vols partagés avec des connaissances plus ou moins proche ou des instructeurs rentrent dans nos habitudes. Autre problème, nos proches, qui ont partagé notre isolation forcée, peuvent aussi, dès le déconfinement, entrer en contact avec des personnes qui sont porteuses de ce virus et devenir porteuses à leur tour. C’est pourquoi les mesures de décontamination de nos avions sont si importantes.

Même si nous nous préparons à la joie de retrouver le ciel, il va nous falloir vivre avec ces pensées et continuer à conserver une attitude prudente.

L’EASA a préparé un manuel pour la désinfection des avions en général, qui sont particulièrement utiles pour les écoles et les aéro-clubs où plusieurs pilotes utilisent le même avion. Il est essentiel que les propriétaires gardent en tête que toute personne pénétrant la cabine de leur appareil doit susciter les mêmes gestes barrière et que la désinfection de nos avions est aussi une préoccupation primordiale pour notre bien et celui de notre famille. Même si le guide EASA est destiné avant tout aux avions de ligne, il est riche en enseignements utiles.

Guide EASA pour le nettoyage et la désinfection des avions

Nous avons extrait de ce guide les éléments les plus importants et, combiné d’autres sources, réalisé un petit guide pratique plus spécifique à l’aviation générale.

Nettoyage et désinfection :

  • Désinfectez l’avion entre chaque vol
  • Nettoyez toutes les surfaces qui ont pu être exposées au virus : toutes celles qui ont été touchées (commandes de vol, de volet, de train, boutons avioniques, écrans avionique, cadrans, boutons OBS du VOR, commande de trim, de volets de capots, sélecteur carburant, interrupteurs et boutons ON/OFF, réchauffe carbu, portes, poignées…)
  • N’utilisez pas d’air comprimé, pas de nettoyeur sous pression, pas de nettoyeur à vapeur : vous pourriez remettre en l’air les gouttelettes de virus déposées sur les surfaces
  • Ne commencez pas le nettoyage de l’avion par l’aspirateur, pour les mêmes raisons : ne passez l’aspirateur qu’une fois que vous avez désinfecté toutes les surfaces. Si possible, laissez le corps de l’aspirateur en dehors de l’avion
  • N’utilisez pas d’ionisateur, qui pourrait attaquer le plastique, le caoutchouc et le cuir. Par contre, un générateur d’Ozone peut être utilisé conformément à son manuel d’utilisation.
  • N’utilisez pas d’eau oxygénée, qui même si efficace, va détériorer le cuir, les éléments en acrylique et les fenêtres en polycarbonate.
  • Utilisez des désinfectants qui ont un effet reconnu sur le virus : liste European Centre for Disease Prevention and Control
  • Si vous ne trouvez pas de désinfectant, vous pouvez diluer de l’alcool isopropylique (60% IPA 40% eau) pour avoir une solution efficace sur les tapis et les textiles des sièges. Une solution 50/50 devrait fonctionner sur les tableaux de bord. Ne jamais traiter le cuir et les fenêtres avec de l’alcool. Faites attention à utiliser le bon désinfectant pour la bonne surface
  • La plupart des désinfectants qui sont efficaces sur le virus sont dangereux pour l’homme : pensez à ventiler pendant que vous nettoyez et protégez-vous, en suivant les recommandations du fabricant.
  • Certains produits chimiques sont corrosifs : ne les utilisez pas sur du métal
  • Certains produits chimiques rendent le plastique fragile. Ne les utilisez pas sur du plastique et n’en laissez pas tomber sur les câbles électriques, cela pourrait endommager l’isolation et créer un arc électrique
  • Certains produits chimiques détruisent les textiles. Soyez particulièrement vigilants avec les ceintures de sécurité.

Un générateur d’ozone, correctement utilisé détruit bactéries et virus. Mais il ne faut pas oublier de ventiler l’avion pour une durée égale au temps de fonctionnement du générateur avant de faire monter qui que ce soit à bord.

Electronique et instruments

  • Utilisez une micro-fibre pour nettoyer les cadrans et les écrans, afin de ne pas les rayer
  • N’utilisez pas de tissus imprégnés contenant de l’acide citrique ou du bicarbonate de sodium, qui peuvent abîmer le display
  • L’avionique avec du verre anti-reflets comme le G1000 peut être nettoyée avec une solution IPA 50/50. Les écrans en plastique (acrylique, lexan ou polycarbonate, vitres et verrières) comme le GNS430/540 doivent être nettoyés avec une solution au savon plus douce.
  • Pour les instruments, utilisez le moins possible de produit, et essuyez le surplus tout de suite, afin d’éviter de faire rentrer le produit dans l’instrument

Avant de partir voler :

  • Utilisez des gants pour la visite pré vol
  • N’utilisez que votre propre équipement, particulièrement les casques : ne pas les partager entre pilotes et/ou passagers, même s’ils ont été nettoyés
  • Ne volez qu’avec des personnes avec lesquelles vous vivez au quotidien (pas de vol avec un instructeur ou un examinateur, car il n’est pas possible de garder les distances minimums nécessaires)
  • Portez un masque dès que vous êtes en dehors de l’avion. Ainsi vous vous protégez et vous protégez les autres (personnel aéroportuaire, pompistes, pompiers, autres utilisateurs de l’aéroport/aérodrome). N’hésitez pas à investir dans des masques de qualité !
image003.jpg

Ce tableau décrit l’effectivité des matériaux utilisés pour les masques ou pour la confection d’un masque maison. Cela démontre bien l’intérêt de se couvrir le nez et la bouche, tant pour vous protéger que pour protéger les autres.

Et bien évidemment : prenez en considération le sentiment public lorsque vous choisissez une destination. Ce n’est pas une bonne idée d’attirer des commentaires négatifs sur l’aviation générale si vous utilisez un avion pour aller d’une zone infectée à une zone non infectée… comme une petite île. Cela crée beaucoup d’inquiétudes, légitimes chez les habitants, d’autant qu’ils peuvent appartenir à une tranche d’âge plus exposée ou présenter des facteurs de risque aggravé.

Pin It on Pinterest

Share This
0