Pour les pilotes qui volent en altitude, l’hypoxie est un véritable problème de sécurité. Nous avons tous en mémoire les tragiques circonstances qui ont mené à la disparition de pilotes privés d’oxygène en altitude.

L’hypoxie, c’est quoi ?

On parle d’hypoxie lorsqu’une carence en oxygène se produit dans les cellules des tissus, ce qui fait que les tissus ou organes fonctionnent plus ou moins bien. Le terme hypoxie vient du latin hypo-oxygénium et signifie « trop peu d’oxygène ».

La carence en oxygène peut se produire de différentes manières. La cause la plus fréquente d’hypoxie est la réduction de la pression partielle d’oxygène dans l’air inhalé. Ce qui arrive lorsque nous montons en altitude. Cela peut aussi se produire en cas de panne d’un système de pressurisation. Si elle n’est pas reconnue à temps, l’hypoxie peut avoir des conséquences fatales.

Image result for hypoxia aircraft

En raison d’une diminution de la pression d’oxygène dans les poumons, la saturation en oxygène du sang diminue. La saturation en oxygène dans le sang diminue plus rapidement au-dessus de 10 000 pieds qu’entre 0 et 10 000 pieds (voir la courbe de saturation en oxygène).

Image result for oxygen saturation curve

La resistance à l’hypoxie varie entre les individus. Leur état physique général joue énormément.  100 %, parfaitement hydraté, bien reposé, n’a pas bu d’alcool (l’alcool rend difficile l’absorption d’oxygène dans le sang), qui est non fumeur et n’a pas de virus dans son corps sera plus résistant qu’un sujet cumulant deux ou plus de ces problèmes (dans ce cas la ourbe se déplace vers la droite).

En pratique, on constate que l’hypoxie dite « légère » se manifeste dès 5 000 ft. Ceci est par exemple sensible en vol de nuit, avec une dégradation des performances visuelles.La façon dont les symptômes d’hypoxie se manifestent dépend de l’altitude, du temps passé à cette altitude et de la vitesse de montée. Avec une montée rapide vers un haut niveau, sans oxygène supplémentaire, le pilote ne ressentira guère les premiers symptômes bénins, rendant encore plus difficile lAu-dessus de 10 000 pieds, le risque d’erreurs d’appréciation augmente. Le jugement peut être altéré, un faux sentiment de sécurité peut se produire, d’autant que le pilote sent qu’il vole mieux que d’habitude.  La façon dont une personne réagit au manque d’oxygène et y résiste varie selon les individus et les circonstances. Un même pilote peut très bien vivre un vol au FL135 un jour et se sentir moins bien au FL85 le mois d’après. Des facteurs contributifs sont le taux de montée, la durée du vol passée en altitude, la température et la fatigue. Mais on ne peut pas prédire quels sont les symptômes qui vont se manifester, dans quel ordre et dans quel délai. On peut néanmoins indiquer les symptômes physiques et mentaux typiques les plus courants : Symptômes physiques :
• Sensation de somnolence/fatigue • Maux de tête • Étourdissements • Vision trouble, vision en tunnel • Picotements dans les mains et les pieds • Respiration irrégulière • Nausées • Teint pâle • Ongles et lèvres bleus • Déclin de la coordination musculaire • Spasme musculaire • Inconscience. Symptômes mentaux :
• Perte d’autocritique • Déclin du jugement • Faux sentiment de sécurité • Perte de conscience du temps • Apathie • Euphorie • Agressivité • Ne répond plus, mais n’est pas inconscient. L’hypoxie peut être évitée en augmentant, entre autres, le pourcentage d’oxygène dans l’air inhalé (pour mémoire, l’utilisation d’oxygène est obligatoire pour le(s) pilote(s) d’un avion non pressurisé passant plus de 30 mn au-dessus de 10.000ft et systématiquement pour le(s) pilote(s) et passagers au-dessus de 13.000ft).

Et en faisant en sorte que les pilotes connaissent les symptômes d’hypoxie afin de les détecter à temps. L’utilisation d’un oxymètre (qui « pince » le bout du doigt et ne coûte presque rien) permet de se rendre compte de la rapidité avec laquelle la saturation en oxygène baisse et comment cela diffère d’un individu à l’autre.

Image result for aviation oximeter

 

 

 

 

 

 

 

Autre accessoire essentiel pour voler en altitude, une bouteille d’oxygène, un détendeur, des canules ou un masque. Bientôt dans vos boites aux lettres un  article sur le système portable idéal!

Pin It on Pinterest

Share This
0