Connectez-vous
AOPA France

Alerte à la 100 LL !


Rédigé le Mercredi 17 Septembre 2008 à 00:00 | Lu 13091 commentaire(s)

La 100 LL disparait petit à petit de certains terrains.
Le dernier en date : Toulouse Blagnac
Alors que l'on parle dans ces rubriques de IR privé, si cela aboutit, devrons nous le pratiquer uniquement sur les terrains régionnaux, encore alimenté en carburant 100 LL ?
Devrons nous finir en VFR sur les terrains adéquats, devrons nous le pratiquer uniquement sur turbines ou sur VLJ?


Alerte à la 100 LL !
Lyon Saint Ex, Nice, Blagnac, plus de 100 LL.
Marseille, souvent attente supérieur à 1 h pour être ravitaillé,... où cela s'arrêtera-t il?
Si l'on doit se contenter de pratiquer notre aviation sur les "petites" plates-formes, si l'on doit se contenter de tours de pistes ou de voyages sur le terrain voisin à la recherche d'un bon restau, autant se mettre tout de suite à l'ULM !
Mais alors, comment former les futurs professionnels si l'on doit se contenter de petits terrains sans trafic significatif ?
- Comment pratiquer le vol de nuit, si les terrains ouverts la nuit n'ont plus de carburant ?
- Comment venir des pays voisins hors de l'espace Schengen, si les aéroports douaniers n'assurent plus le ravitaillement (je pense à la Suisse, à la Grande Bretagne, au Maroc, pays à portée d'un vol direct) ?
- Comment la France, berceau de l'aviation, pourra développer une aviation d'affaire « légère » dans ces conditions.
Je rappelle qu'il vole encore en France de nombreux avions à pistons mono ou bi moteurs et que des constructeurs, il est vrai non français (malheureusement) sortent aujourd'hui des avions modernes haut de gamme très performants et destinés à l'IFR.
Je pense à CESSNA avec ses C350 et 400, à Cirrus et ses SR 20 et 22, et maintenant à DIAMOND qui après l'échec de Thielert se tourne vers les moteurs Continental pour équiper le DA 40 et 42.
J'attends vos commentaires.

Jacky LEFEVRE
ascab.vm@free.fr






1.Posté par Xavier le 17/09/2008 23:02
On peut toujours râler contre la disparition de l'essence avion, mais, depuis que les DC3 ont pris leur retraite du transport public en Europe, on savait que ça allait arriver. Nous devrions plutôt être contents d'avoir eu de l'essence avion aussi longtemps.

En Afrique, il n'y a plus de 100LL depuis longtemps, et on s'est aperçu que l'essence auto correctement filtrée marchait très bien.
La solution simple est que les constructeurs de moteurs(il n'y a que deux constructeurs) fassent la paperasse nécessaire pour nous autoriser à mettre de l'essence auto dans nos avions.
Il faudra peut-être un peu plus d'entretien à cause de l'alcool contenue dans nos carburants, mais le prix inférieur compensera le surcoût.





2.Posté par LEFEVRE Jacky le 19/09/2008 11:07
réponse au commentaire de xavier.
Le problème évoqué dans "alerte à la 100 LL" n'est pas lié à la disparition de ce carburant en France (pas encore d'actualité , mais soyons vigilant) mais à sa distribution.
Les essensiers se retirent de certaines plate-formes sous le prétexte qu'il n'y a pas assez de débit. (donc pas assez de bénéfices).
Remplacer la 100LL par du super auto, ne répond pas au problème de distribution qui pourait être le même avec du super auto.
Je m'imagine mal me posant à Blagnac, ou Saint Ex, sortir mes jerricans de l'avion et me faire conduire à la station la plus proche.
Par contre je rêve de voir, mes 100 litres de SP sur un chariot, la tête de l'agent au poste inspection filtrage ( sûreté oblige). Je doute fort qu'il me laisse pénétrer en zone réservée...

3.Posté par Stéphane Mayer le 20/09/2008 19:17
100% d'accord avec l'alerte à la 100LL !

Je me rends souvent à 500 mètres à pied de l'aérogare Aviation Générale de Blagnac, et il m'arrive d'y aller depuis Toussus avec un moteur AVGAS et un avion autour. Donc depuis mai dernier, de notam en notam reconduit, il n'y a plus de 100 LL à Blagnac pour le prochan mois. Quant à Toulouse Lasbordes, il y a de l'essence mais pas de procédure IFR.
Pour faire l'appoint d'essence sur le retour vers Toussus, la dernière fois je me suis arrété à Limoges, où j'ai attendu montre en main 1 h 15. Il faut dire qu'il y avait 3 gros avions avant moi (NB bravo la productivité, 25 minutes par avion !).
Avec tout ce temps perdu (approche, roulage, attente, roulage, décollage, montée), la vitesse moyenne de l'avion a été catastrophiquement diminuée.

Et si c'est pareil sur d'autres terrains, c'est grave pour l'aviation générale.

Au delà de la complainte, comment influencer Total et/ou les aéroports ?

4.Posté par Hoegl Andreas le 29/09/2008 20:48
Bonjour,
d'abord, il y des nouveaux procédés de production d'avgas bio en cours de développement, donc pour l'avenir je reste confiant.
Sur notre petit aérodrome de campagne nous sommes livrés par TOTAL, avec un débit faible en-dessous de leur exigence, mais ils nous livrent quand même et s'occupent de la maintenance de la station, bravo et merci beaucoup à TOTAL.
Ceci dit, je pense sincèrement que la suppression de l'avgas sur les grandes plate-formes est une volonté des gérants pour faire fuir l'aviation générale, au même titre que des taxes parfois indécents, obligation handling, parkings éloignés, aérogares aviation générale sans aucun service, etc......
En voyage (VFR), j'essaie d'utiliser que des aérodromes de petite et moyenne taille, mais là il faut jongler avec les heures d'ouverture.....
Mon rêve? Des stations automatiques à carte bancaire.





NOUS REJOINDRE

ADHÉSION 2017

TARIFS 2017
Membre Pilote      : €80,00
Membre Parent    : €20,00
Membre Élève      : €40,00
Membre Société  : €200,00  

Pilote+revue AOPA US : €155,00
Elève+revue AOPA US : €115,00
Société+revue AOPA US : €275,00
Abonnement  Revue "AOPA PILOT" : €75.00

Pour renouveler votre cotisation
cliquez ici



Partager ce site