Connectez-vous
AOPA France

LA SECURITE DANS L'AVIATION GENERALE


Rédigé le Jeudi 4 Octobre 2007 à 16:35 | Lu 10774 commentaire(s)

Une analyse de Claude Lelaie..


LA SECURITE DANS L'AVIATION GENERALE

J'ai lu avec beaucoup d'intérêt le rapport sur la sécurité de l'activité "vol à moteur" de l'aviation générale.
Il a été écrit par 2 grands professionnels que je connais bien et que j'estime beaucoup. Ce sont de vrais "aviateurs" et je souscris à presque tous leurs commentaires qui sont pleins de bon sens.
Toutefois, je voudrais présenter mon point de vue dans quelques domaines particuliers.

D'abord même si ce n'est qu'un petit détail, j'ai été choqué par l'en tête au nom du Conseil Général des Ponts et Chaussées.
Que viennent faire les Ponts et Chaussées dans cette affaire?
L'aviation ne peut-elle pas exister par elle-même?

Un point qui me gêne beaucoup plus est la référence dès le début à "l'aviation de loisir". C'est à mon avis une erreur d'assimiler aviation générale et aviation de loisir.

Il y a des pilotes qui se déplacent avec leur petit avion pour travailler. Il y en a d'autres qui apprennent à piloter.
Tout cela n'est pas du "loisir".
Le problème est que cette dénomination est péjorative et conduit à penser que c'est un loisir de riche et que ce n'est donc pas la peine de nous faire des faveurs de quelque nature que ce soit, alors même que nous croulons sous les taxes, la réglementation...
Je suis évidemment à cent pour cent d'accord avec l'objectif de simplification tous azimuts, et en particulier d'avoir une réglementation "proportionnelle" aux enjeux.
C'est une bonne expression.
Je suis embarrassé par le fait que certaines propositions d'améliorations soient faites essentiellement par le biais des fédérations et en raison de leur spécificité.
N'oublions pas que même si majoritaires, elles ne représentent pas tout :
- les particuliers,
- les petites sociétés
- et plus important, les écoles n'en font partie.

Pérenniser les modèles français actuels ne me parait pas être une bonne politique.
Nous ne pouvons pas nous isoler du reste du monde et de l'Europe et ne miser que sur des fédérations spécifiques, aussi puissantes et efficaces soit-elles en ignorant les autres acteurs.
On a bien vu en son temps ce qu'il est advenu du système de licence français face au JAR-FCL : il a volé en éclats.
Alors attention à la spécificité, elle n'a de l'avenir que si on peut l'imposer aux autres.
Le SEFA pose un problème particulier. Certes, il délivre une formation de très haut niveau que personne ne conteste.
Mais à quel prix?  Le coût de formation d'un élève est à peu près 2 fois plus élevé que dans une école classique.
Payé par qui?  Par le budget de la DGAC, donc par nous.
Tout cela au prix de la disparition de certaines écoles et de difficultés pour beaucoup d'autres.
Encore une autre spécificité de l'Etat français que de vouloir faire lui-même ce que des privés font bien pour beaucoup moins cher.
Je suis bien conscient que toutes ces remarques vont sans aucun doute susciter quelques grincements de dents.
Tant pis. Le seul but est de progresser pour que les jeunes puissent voler en sécurité, plus librement et à moindre coût.
C'est aux "anciens" de bousculer les préjugés pour que les choses avancent.
Pour terminer, je voudrais remercier une dernière fois Jean Claude Finot et Alain Soucheleau pour ce rapport.
Si seulement la moitié des recommandations pouvaient aboutir, ce serait un gigantesque succès (je dois rêver, mais il faut garder le moral!).

Claude LELAIE


Le rapport

Vous n'avez pas encore lu le rapport ?

 il est là..






NOUS REJOINDRE

ADHÉSION 2017

TARIFS 2017
Membre Pilote      : €80,00
Membre Parent    : €20,00
Membre Élève      : €40,00
Membre Société  : €200,00  

Pilote+revue AOPA US : €155,00
Elève+revue AOPA US : €115,00
Société+revue AOPA US : €275,00
Abonnement  Revue "AOPA PILOT" : €75.00

Pour renouveler votre cotisation
cliquez ici



Partager ce site